FOCUS

Quand les réseaux intelligents intègrent le comptage de l’eau - Edna Nakati

2 juillet 2014

JPEG - 209.3 ko

EDNA NAKATI

SYSTEM MARKETING MANAGER – ITRON

Contact : edna.nakati@itron.com

www.itron.com

Kamitis : Itron est le leader mondial du marché des compteurs d’eau pour tout ce qui concerne les technologies de comptage et de transmission de données. Pouvez-vous nous présenter votre positionnement sur ce marché ?

E. NAKATI : Quand on regarde la situation de la plupart des Distributeurs d’Eau dans le monde, nous constatons qu’il s’agit d’une industrie qui vit encore avec un niveau de pertes qui dépassent largement 20%. La moyenne mondiale est de l’ordre de 34% (Source : GWI – Global Water Intelligence/ WBD – World Bank Database). C’est-à-dire que environs 0.4 milliard de m3/ jour d’eau (sur un total de 1.15 milliard des m3/ jour) sont perdus avant d’être livrés chez les consommateurs.

Parmi ces 34%, il y a ce que nous appelons les pertes physiques (ou réelles, à savoir les fuites d’eau sur le réseau avant le compteur chez le consommateur) et ce que nous appelons les pertes apparentes ou commerciales, liées surtout à l’imprécision des compteurs (effets d’usures accélérés, fraudes de la part des consommateurs, …)

Le tableau ci-dessous représente le modèle préconisé par l’International Water Association pour le calcul du Bilan d’Eau (ou, Rendement du Réseau d’Eau). Les parties en rouge sont celles où nous sommes fortement impliqués.

BMP - 1.2 MoNotre offre consiste à réduire au maximum les pertes liées au compteur en proposant des équipements dotés d’une excellente précision (un des nos modèles phare compte des goutes) et des systèmes de télé-relève (automatique et à distance) qui éliminent tout risque d’erreurs liées à la relève manuelle.

Kamitis : en quoi consistent ces innovations ?

E. NAKATI : Différents types des compteurs existent chez Itron afin de proposer une gamme adaptée à la variété des conditions de terrain et de service et qui jouent sur la durabilité d’un compteur. Les Distributeurs d’Eau ne font pas le choix uniquement en fonction des aspects techniques mais aussi en fonction des aspects financiers ou budgétaires.

La transmission des données à partir de la relève des compteurs reste très variée : sur un même parc de compteurs, nous pouvons avoir la coexistence de méthodes de relève manuelles (en visuel), et automatique, avec ou sans la présence d’un releveur.

Itron privilégie l’utilisation de la technologie de transmission par Radio Fréquence et GPRS car cela nécessite moins d’éléments physiques à gérer et présente moins de contraintes au niveau de l’installation surtout dans des constructions existantes. Il s’agit d’un module qui s’accroche au compteur d’eau, en mode « plug & play ».

BMP - 586.6 ko

Les données relevées à partir d’un module ne concernent pas seulement le volume consommé, mais également d’autres informations qui nous permettent d’analyser le comportement de chaque compteur et d’ajouter des fonctionnalités comme la détection de fuites, la présence de débits anormaux, des anomalies d’installation (compteur monté en inverse, etc). Dans l’ensemble, cela donne une autre dimension à la relève de compteurs : il y a tellement plus d’informations pertinentes qui permettent aux distributeurs d’eau d’anticiper et d’agir rapidement en cas de problème.

La quantité d’informations est bien sûr beaucoup plus importante qu’auparavant.
Aujourd’hui, sur certaines de nos solutions, la granularité des données peut passer de mensuel à journalier, et dans des cas spécifiques, les alertes sont remontées en temps réel.

La mise au point des infrastructures informatiques pour le stockage des données à des prix abordables (comme les services hébergés ou Cloud) associées à des outils de traitement de données très agiles, nous permettent aujourd’hui d’avoir une compréhension beaucoup plus riche et intéressante d’un réseau de distribution d’eau.

Du point de vue de nos clients, cela se traduit par une amélioration significative de la qualité de service puisque l’information est disponible pour chaque compteur, ce qui assure un contrôle plus précis des volumes d’eau dans les canalisations.

Kamitis : Quels sont les axes prioritaires de développement à moyen et à long terme concernant ce marché de l’eau potable ?

E. NAKATI : Les axes prioritaires visent à trouver des solutions efficaces de réduction des pertes. Nous développons également des solutions qui formeront un vrai réseau intelligent dans lequel les informations provenant, soit des capteurs de pression ou de température, corrélées aux informations provenant des compteurs d’eau sont traitées efficacement et exploitées au profit des services de distribution d’eau comme des consommateurs.

Nous sommes également présents dans des projets internationaux visant à résoudre des problèmes spécifiques liés à la distribution d’eau :

https://www.itron.com/Pages/Itron-Customers-Testimonials.aspx
https://www.itron.com/fr/Pages/default.aspx.

Kamitis : Quels constats faites vous concernant le marché du comptage de l’eau en France, en Europe et dans le monde ?

E. NAKATI : La France est bien placée, tout comme l’Espagne, l’Allemagne, les Pays Bas et Singapore (qui affiche les meilleurs performances de contrôle des pertes avec moins de 25% du volume total produit).

Dans le marché mondial de l’eau, des sociétés comme Veolia, Suez, Aqualia, Agbar, PWN sont présentes dans les pays où la gestion des réseaux d’eau potable n’a pas encore atteint un niveau acceptable. Ce marché est encore très vaste car plus de 60% des pays sont encore à un niveau de perte en eau potable supérieur à 30% .

Un autre aspect qui changera la façon comme l’eau est gérée est la formation des villes intelligentes ou « smart cities » - ce fait nous demandera des solutions pour comprendre de mieux en mieux les réseaux d’eau et les consommateurs.